LE TAPIS TISS√Č MAIN : LE TAPIS KILIM

  • TAPIS TISS√ČS MAIN ūüĖźūüŹľ KILIMS

    Un tapis n'est pas n√©cessairement nou√©, il peut √™tre tiss√© pour former des motifs, selon le m√™me principe que la tapisserie occidentale. Il existe plusieurs techniques qui donnent chacune son nom √† un type de tapis oriental tiss√© main. Le tapis kilim , d'un mot turc d√©signant le tissage √† plat est tout simplement compos√© par l‚Äôentrecroisement de fils de cha√ģne et de trame (plus il y a de fils au centim√®tre, meilleure est la qualit√©). Les fils color√©s de trame passent sur ou sous les fils de cha√ģne pour la largeur correspondant √† leur motif. Ils se relient horizontalement ou en diagonale. On voit donc de petites fentes dans un tapis kilim : aucun fil ne traverse enti√®rement la largeur de la cha√ģne divis√©e en zones de couleurs diff√©rentes par une trame discontinue. Le Tapis Soumak, dont le nom pourrait provenir de la vieille ville caucasienne de Shemakha, est r√©alis√© en enroulant directement les fils de trame sur les fils de cha√ģne, on les enserre par deux, trois ou quatre, puis en retour au-dessus ou au-dessous des pr√©c√©dents. Les fils formant les dessins sont donc enroul√©s et non nou√©s. Cette technique se pr√™te particuli√®rement aux motifs en diagonale. Le ¬ę cicim ¬Ľ ou ¬ę zili ¬Ľ, selon que l'on choisit le nom persan ou anatolien, est un tapis kilim sur lequel ont √©t√© ajoutes des fils de trame au-dessus ou en dessous des fils de cha√ģne. Cette trame forme un relief suppl√©mentaire qui souligne le dessin, les fils ne sont pas coup√©s √† l‚Äôenvers du tapis, d‚Äô o√Ļ l‚Äôappellation de ¬ę trame flottante. Le tapis kilim se distingue imm√©diatement du tapis nou√© par le fait qu'il n'a pas de velours et pr√©sente le m√™me aspect que le tissage d'une tapisserie. Dans la technique du tapis kilim, mot qui viendrait du persan, ¬ę gelim ¬Ľ (fa√ßonne), on utilise non pas des brins de laine, mais des fils de trame continus. Le tisserand travaille une couleur apr√®s l'autre passant les fils de trame de fa√ßon √† entourer les fils de cha√ģne, comme pour une broderie. Dans le cas des tapis Kilims, lorsque le fil arrive √† la fin de la largeur n√©cessaire pour sa couleur, il "repart" dans l'autre sens tandis que, dans le cas des tapis Soumaks, les fils de trame sont enroules. Les couleurs des kilims ne sont donc pas rattach√©es entre elles, ce qui explique les fissures aux d√©marcations entre zones chromatiques. Plus les fils de chaine sont resserres, entre 3 et 10 au centim√®tre, plus les fils de trame color√©s peuvent √™tre eux-m√™mes serr√©s et nombreux, de 10 √† 45 par centim√®tre.

    (source : "Les Routes du tapis" - Editions "Poche")


LIVRAISON GRATUITE
PARTOUT EN EUROPE

Nous livrons gratuitement nos tapis persans aux quatre coins de l' Union Economique Européenne.

Et nous n' oublions pas nos ami(e)s Suisses qui bénéficient également de cette offre.